La salsa

Dernière mise à jour : 26 mars 2021


Salsa est un mot espagnol qui signifie « sauce » mais aussi dans un sens figuré « sensuel » et « attirant »dans le langage populaire cubain. Ce terme désigne à la fois une forme de danse et un genre musical. Cette danse en vogue dans les Caraïbes, l’Amérique centrale et les communautés latines, est aujourd’hui une activité très populaire non seulement dans les cours de danse mais aussi dans les salles de fitness. Elle permet en effet de bouger et de s’amuser sur fond de musique latino au tempo vif et entraînant. Aujourd’hui, la salsa, telle que nous la connaissons, est un mélange culturel de rythmes d’Amérique latine comme le son, le guaganco, la rumba, le mambo, le cha-cha-cha, la bomba, la plena, … avec des influences de rythmes américains tels le jazz, le soul, le blues, et de rythmes européens.



Histoire:


D’origine cubaine (Son Cubano), c’est dans les quartiers hispanophones de New York que la salsa fut façonnée par les migrants venus de Porto Rico. En effet, l’histoire de la Salsa se joue entre Cuba, Porto Rico et New York. C’est une succession de circonstances socio politico-économique, mais aussi de grands talents de la musique qui ont conduit à l’émergence, à la fin des années 60, à New York, de la Salsa comme genre musical distinct. La salsa est  née du mariage de divers genres musicaux, combinés à de nombreuses traditions de différents pays d’Amérique centrale et latine. Les différents rythmes et figures cueillis du Venezuela, de Colombie, du Panama, de Porto Rico, mais surtout de CUBA.


Mais afin de comprendre cette mode arrivée jusqu’à nous et de quoi elle est composée, remontons un peu le temps pour comprendre.


Il est impossible de parler de salsa sans parler de Cuba. Depuis toujours, Cuba est un grand producteur et exportateur de musique. Les mélanges de culture africaine et hispanique ont donné naissance très tôt à différents types de musique: le Son, qui apparaît au début du 20ème siècle (1909) et qui se popularise dans les années 20, et par la suite rumba, mambo et jazz latin. Les musiques ne cessent d’évoluer et continuent à immigrer ainsi que leurs musiciens jusque dans les années 50. À cette époque, de nombreux artistes latins se produisent aux USA et en particulier à New York. Les échanges entre Cuba, NY et le reste des Caraïbes sont à leur apogée, quand le 1er janvier 1959, Fidel Castro renverse le régime de Batista et implante le premier gouvernement communiste du continent.

Cet événement, d’une manière ou d’une autre, changera le cours de l’histoire et de l’évolution musicale. Pour le meilleur et pour le pire, rien ne sera plus comme avant : il faudra désormais compter sans l’énorme richesse culturelle dont Cuba avait été la source.

Cependant, ce fait historique engendre une migration massive de musiciens cubains, spécialement à NY. Dans les années 70, la vie nocturne des musiciens de la diaspora latine est intense à NY et une nouvelle forme musicale voit le jour au sein de la communauté hispanophone. Le mot salsa est inventé. Les légendes sur son invention sont nombreuses et différentes, mais en tout cas pendant ces années 70 il devient populaire grâce à des maisons de disque (notamment Fania Records) et à des émissions de radio et de télévision aux États-Unis. Entre les années 70 et les années 80, cette musique, puis la danse qui y est associée, se répandent partout aux USA et peu après dans le reste du monde.

Son Cubano (à l'origine de la salsa):


La salsa en tant que danse arrive en Europe dans les années 90 (à Genève au milieu des années 90), et se répand très vite. Jusqu’en 2000, il y a un seul style et on ne parle que de "salsa". Mais entre 2000 et 2001, un nouveau courant arrive des États-Unis et il est vite appelé salsa portoricaine (le style déjà existant est ainsi appelé salsa cubaine pour le distinguer). La salsa portoricaine, d’abord minoritaire, se répand très vite, notamment grâce aux congrès internationaux (la mode des Congrès a été lancée en 1996 avec le fameux congrès mondial de Porto Rico, qui est vraisemblablement à l’origine du nom "salsa portoricaine"). Aujourd’hui, bien qu’il n’existe pas de statistiques officielles, on peut vraisemblablement affirmer que la salsa portoricaine dépasse la salsa cubaine en Europe (même si à Genève la Cubaine reste majoritaire).


En réalité, les termes de salsa cubaine et portoricaine ne sont pas très exacts. En effet, si celui de salsa cubaine est un peu réducteur, celui de salsa portoricaine est pratiquement faux. La salsa cubaine, tel qu’elle est dansée en Europe, est bien celle que dansent les jeunes cubains (et qui ne l’appellent pas "salsa" mais "Casino"), mais les danseurs cubains de la génération précédente, en particulier ceux de la partie est de Cuba, dansent un style qui est très proche du Mambo (qui est d’ailleurs né à Cuba en tant que danse, avant de se développer à New York).


Le terme "salsa portoricaine", typiquement français, est un nom générique pour indiquer la salsa dansée en ligne, qui est née et a été importée en Europe depuis les États-Unis. Il y a en particulier 2 courants principaux : le New York style, une évolution du Mambo (dont le style est fluide et harmonieux) dansé à contretemps (dit "on 2") et le Los Angeles style (version plus acrobatique, dont le style est explosif et dynamique) dansé sur le temps fort (comme la salsa cubaine). De plus, la salsa dite portoricaine peut être influencée par di