Bachata Dominicaine - Histoire et Musicalité

Mis à jour : mai 9

Au milieu du XX° siècle, les musiques populaires d’Hispaniola jouées sont principalement le merengue en République Dominicaine et le compas en Haïti. C’est à cette époque que la mondialisation culturelle commence grâce aux nouvelles méthodes de communication et aux migrations.

À cette période la bachata que nous connaissons aujourd’hui n’existe pas, les orchestres jouant alors ce qui sera appelé bachata bien plus tard ne sont que des reprises de grands tubes américain, cubain ou encore portoricain. Ces artistes habitués à jouer du merengue ou de la musique haïtienne reprennent alors principalement des slow, boléro, son, Chacha ou même encore de valse. Toutes ces reprises de plein de sons et styles différents vont former un genre musical, les instruments de musique originaux sont remplacés par des locaux: la requinto et la segunda remplaçant le très, la basse remplace la contrebasse, le bongo remplace la conga, et la güira remplace le guiro et les maracas.

En savoir plus sur les différents instruments de Bachata? Cliquez ici


C’est seulement à partir des années 70 que ce nouveau genre musical pourra vraiment commencer à être déterminé à l’oreille. Sa construction n’est pas volontaire, mais ce sont les circonstances qui vont donner naissance à ce rythme. On commence alors à avoir un genre plus défini avec ce qu’on appelle les guimis, cette façon de jouer typique de la République Dominicaine.

Exemple de Bachata avec une forte influence de boléro

Dans les années 80 née la Bachata dite dominicaine ou traditionnelle que nous connaissons actuellement ayant hérité des structures des décennies précédentes, c’est-à-dire la partie lente du boléro, la partie plus active du Chacha que nous retrouvons sur la partie normale et sur le mambo qu’on rentre derrière.


Sur les rythmiques, on essaie de jouer tous les instruments, les musiciens s’efforcent à jouer tous les instruments avec une inspiration de percussion, et cette particularité est assez typique de la musique dominicaine et cubaine aussi. Les instruments sont joués comme des percussions y compris les instruments de mélodie, et c’est ça qui fait la première différence fondamentale entre la Bachata dominicaine et la Bachata moderne ou sensuelle.



Ce son se détermine de façon plus précise et commence à se différencier et à avoir du texte réellement caractéristique de la Bachata, nous ne sommes plus sur du boléro, sur des lamentos en couleur, et on chante encore l’amour (ou plutôt le désamour), on ne chante pas encore la conquête comme en Bachata moderne. Facilement transportables, une paire de bongos, une paire de guitares, 3 musiciens, la Bachata est facilement déplaçable, mais reste une musique qu’on va retrouver principalement dans les cabarets (dans le sens bordel).


Nous avons un contexte qui fait qu’au niveau de la musique de cabaret, on chante ce qu’il y a autour de nous et ce qui peut toucher les gens en face, donc globalement ce qui peut toucher l’homme un peu bourré qui est venu passer une bonne soirée et qui peut pousser la femme qui est obligée de passer la soirée avec ce bonhomme-là. Donc les bachateros commencent à chanter le désamour, la trahison, la tristesse, les choses de la vie basique dans un quartier, ils vont s’insulter entre chanteurs à l’instar des rappeurs aujourd’hui.


Les chanteurs essayent de le dire de façon humoristique et avec un double sens, donc on va commencer à voir des phrases qui, si on les écoute bien, ont toujours un sens un peu pornographique et si on les écoute autrement ont un sens toujours sur la trahison, sur le fait qu’on ne m’aime plus et qu’on m’ait trahi. Ce qui explique que dans la façon de danser et dans l’intention on vient partager un moment d’humour, un moment où je raconte ma peine et pas un moment de conquête. Nous sommes donc sur une logique, non pas de conquête, mais de partage d’une douleur ou d’humour, parce que de toute façon on est avec des personnages de type tarifaire. Et c’est ça qui fait la seconde différence fondamentale avec les autres styles de Bachata.


Bachata dominicaine danse dans les quartiers populaire en République Dominicaine:


C’est souvent à ce moment-là que se partagent des moments durs, c’est pour cela que tout ce qui rentre dans les mouvements de vague, caresses, … sonnent bizarre.


Ce n’est pas parce que c’est de la dominicaine que ces mouvements ne devraient pas être faits, mais plutôt au contexte, ne correspondant pas à ce qui est en train d’être chanté (exemple de parole : « elle s’est barrée avec ma voiture », « elle a pris ma maison », « elle couche avec mon pote »), les mouvements spécifiques à la séduction, à la conquête ne collent pas avec ce style et sonnent faux. C’est donc uniquement cet aspect qui fait que ça ne passe pas, ce n’est pas le choix de la musique. Parce que sinon vous faites ce que vous voulez, mais que ça ne prend aucun sens à ce moment-là. Dans les attitudes on est légèrement en retrait ou on danse avec la personne pas sur la conquête, s’est lié principalement au thème de la musique.


Quand on danse en bachata dominicaine on reproduit des sons comme si le corps en se bougeant pouvez reproduire les sons. C’est ça danser avec la musique, ce n’est pas danser sur un rythme, sur un temps ou autre chose on reproduit finalement ce que les instruments font. Nous sommes sur une lecture rythmique, sur de la polyrythmie. Nous avons le rythme de la basse, des guitares, de la güira, ce dernier souvent auquel nous ne faisons pas attention et finalement sur lequel nous allons danser, pleins de pas sont liés à ce son là, pleins de pas sont à utiliser pour imiter ce son là.



L’élément faisant le changement et nous emmenant à ce que l’on entend à peu près maintenant est l’ajout de la technologie sur la musique, années 90 nous commençons à amplifier le son et donc à sédentariser les orchestres, les sons commencent à s’enregistrer en studio.

La plupart du temps nous remarquons que lorsque l’on écoute un morceau, les chants changent tout le temps au cours du morceau. Nous démarrons sur 1,2,3,4 et à un moment l’on se dit « tiens je suis à l’envers » : nous nous sommes mis à compter sur 8 temps avec la même idéologie qu’on pouvait avoir sur les autres types de musique qui était vraiment en 8 temps afin de distinguer gauche (1.2.3.4) et droite (5.6.7.8) alors que la Bachata se joue à 4 temps.


Donc ça veut dire que pour pouvoir danser dessus il faut écouter vraiment, c’est qu’on appelle l’écoute active. Nous avons l’écoute passive où l’on va déterminer un tempo et danser sur ce tempo et peu importe ce qu’il se passe dans la musique. Puis nous avons l’écoute active, où l’on est constamment à la recherche du son, ce n’est pas juste chercher le tempo, c’est chercher le son tel qu’il est même en arrière-plan.


Bachata de Joan Soriano:


Le troisième élément distinguant la Bachata dominicaine des autres styles est l’influence de la culture et du milieu social. Cette musique est, au départ, jouée dans les zones où les gens sont stockés et dépendent d’une culture dont ils ne sortiront jamais, c’est ce qu’on appelle l’esclavage moderne. Ces zones où l’on loge des Haïtiens ou des Dominicains pauvres pour être utilisé comme main d’œuvre pour aller couper la canne, ce sont ces zones-là où est née la bachata. Vous allez donc retrouver sur la bachata par exemple de Juan Soriano, de Luis Vargas l’influence de la musique haïtienne, le Kompa. Quand le musicien de Kompa commence à s’énerver au le clavier, c’est la même chose en bachata avec le musicien sur la guitare, on est donc sur quelques choses de très poreux où il y a beaucoup d’influence et de mélange.


L’influence prédominante est l’interprétation, la façon de bouger, ce qui varie dans la plupart des pays, parce qui si vous regardez bien, toutes les musiques afros descendantes se basent quasiment toutes sur le même schéma, cœur réponse, au niveau du chant du refrain, sur le même schéma en termes de basse. Par contre l’isolement des différentes îles ou contrées à amener une façon spécifique de se mouvoir, par exemple, on va retrouver le mouvement typique du 8 chez les Trinidadiens, les Barbados, les Antillais francophones, chez les Brésiliens, on va retrouver hanche pied ensemble, chez les Cubains nous aurons une opposition entre hanche et pied, chez les dominicains on va retrouver ce mouvement typique du merengue ou on a la hanche engagée avant le pied, ce n’est pas juste un mouvement de translation, un mouvement juste de hanche, mais un mouvement du haut vers le bas et c’est ça qui a distingué la bachata du boléro.



La Bachata s’est différenciée au niveau musical, mais la façon de danser aussi, parce que des gens habitués à danser au niveau du bassin sur du merengue se sont retrouvés sur des passements de boléro. Donc ajoutant le bassin nous avons a une façon différente d’interprétée la danse et un nouveau style de danse, une nouvelle façon de danser, de se créer.


Toni Tomas - Cheri Amou - Joan Soriano - Bachata Haiti:



Personne n’a codifié cette danse en disant « tien ! ça se danse comme ça ! », simplement le contexte a fait que progressivement la construction du genre c’est fait seul, au départ sur des rythmes très lents, année 80 la musique s’accélère, le son est beaucoup plus dynamique car l’électrification des guitares permettez de le faire et c’est là que l’on commence à avoir plus de virtuosité au niveau des déplacements. (La Bachata se codifie avec la Bachata moderne aux USA).


Année 90 commence à s’engager d’autre pas et mouvement venant de partout la naissance du hip-hop, du reggae, et la grosse influence du cabaret américain (différent du cabaret dominicain).


La première différence avec les autres types de bachata est la lecture rythmique et non pas mélodique de la musique, la seconde c’est que nous sommes sur une logique, non pas de conquête mais, de partage d’une douleur ou d’humour, la troisième est l’influence culturelle et sociale avec une interprétation différente de jouer la musique ou de se mouvoir dessus.



En savoir plus sur les différents style de Bachata? Cliquez ici

En savoir plus sur les différents instruments de Bachata? Cliquez ici

Pour chaque vidéo de cet article, je vous laisse reconnaître et isoler chaque instrument de musique et imaginez les pas que vous pouvez effectuer sur chacun d'entre eux.


La Bachata Dominicaine dites de festival, la Bachata Dominicaine dansé dans le reste du monde:



Des Dominicains intrigués par cette danse qu'il n'ont jamais pratiqué: la Bachata Moderne.


  Contact  

Instructeur: Terence
Tel: +230 5 496 2002

Mail: bailandolatinomauritius@gmail.com

  • Facebook Social Icon
  • Icône social Instagram
  • Google+ Social Icon
  • Icône sociale YouTube

© 2017 par le Club des danseurs.