Le Tango Argentin

Mis à jour : 19 avr. 2019

Le tango argentin est une danse de salon d’Amérique du Sud, la musique de tango argentin est généralement lente et bien marquée. Le pas de base consiste à marcher sur les temps forts de la musique, mais contrairement aux danses qui existaient auparavant, le tango argentin est une danse d’improvisation, laissant ainsi aux danseurs la possibilité de jouer sur le rythme et d'effectuer des mouvements de jambes.


Alors que le lieu de naissance du tango est beaucoup plus certain, l’origine du mot « tango » est quant à lui plutôt incertain, car chacun à sa propre définition. On utilisait le mot "tango" au XIXème siècle en Espagne pour désigner un bâton. Le mot existe également dans certains pays africains; il est mentionné dans des documents espagnols pour parler de l'endroit où se réunissaient les esclaves noirs pour faire la fête. Certains disent que le mot proviendrait de l'incapacité des noirs africains à prononcer le mot tambour ou "tambor" en espagnol, et qui se serait transformé en "tango".


Histoire:


Le tango « rioplantesque » dit argentin voit le jour sur les rives marécageuses du Rio Plata en Amérique du Sud, dans les faubourgs de Buenos Aires en Argentine et Montevideo en Uruguay. Buenos Aires était alors en pleine croissance, dont l’immigration massive, surtout italienne et espagnol, apporta des musiques, mélodies et rythmes aussi variés que ses habitants. Tandis que les migrants européens écoutaient et dansaient des habaneras (de Cuba), polkas, mazurkas et des valses, les noirs (représentant 25% de la population à cette époque) dansaient plutôt au rythme du Candombe, plus marqué par les percussions que par la mélodie.

L’enracinement dans ce nouveau pays qu’est l’Argentine aboutit à une fusion musicale qui engendre la milonga, à cadence enlevée, puis le tango. Au début, interprété par de petits groupes de musiciens jouant du tambour, de la flûte et de la guitare, c’est le piano, le violon et le bandonéon qui composeront les trois instruments de base du tango.


Cette musique raconte des amours déçues, mais aussi les réalités sociales, souvent graves ou sarcastiques, le tango était, pour l’auteur-compositeur Discépolo « une pensée triste qui se danse ». En effet tous ces émigrés vont former une classe ouvrière déracinée, pauvre, et avec peu de moyens de communication entre eux en raison de la barrière linguistique et majoritairement masculine, environ 75% de ma population. Sous l'effet du manque de femmes, les hommes dansent entre eux en s’inspirant des leurs danses traditionnelles pour inventer des figures tout en imitant les danses locales et les danses cadencées des noirs, pour finalement donner naissance à la milonga canyengue (rythme en dialecte africain) qui devient ainsi le premier véritable style de tango dansé.


Par la suite, ils vont danser dans les maisons closes, avec les prostituées venues elles aussi d’Italie, d’Espagne, de France… Le tango est dansé de façon très corporelle, il est provocateur, explicite, c’est une danse très éloignée des mœurs puritaines de la bonne société de l’époque. D’où la réputation sulfureuse du tango dans les premiers temps, musique et danse des bas-fonds et des truands.

Au début du XXième siècle, de nombreux jeunes hommes de bonne famille sans scrupule à se rendre dans les quartiers populaires de la ville pour s’amuser et surtout à séduire facilement, découvrent le tango. Il leur est néanmoins impossible de danser cette danse, immorale aux yeux de leur classe, avec les jeunes filles de leur milieu. Cependant, les voyages de ces jeunes bourgeois en Europe et principalement en France, vont être l’élément qui va tout changer. C’est l’engouement, la Paris de la Belle Époque est prise d’une véritable frénésie pour le tango, y compris la bourgeoisie, qui s’entiche de cette danse enlacée. Et comme rien de ce qui se passe à Paris ne laisse Buenos Aires indifférent, le tango acquiert par contrecoup ses lettres de noblesse également en Argentine dans les salons mondains, où il était jusqu’alors considéré comme de mauvais goûts, de cette bourgeoisie fraîchement émancipée de la tutelle espagnole, et désireuse de faire de leur capitale le Paris de l’Amérique.


Tandis que son âge d’or trouve sa place dans les années 40, c’est dans les années 60 que le tango rentre dans un lent déclin jusque d’en 1980, dû à l’influence de nouvelles musiques sur la jeunesse argentine, notamment le Rock'n roll, la Pop... et trois décennies de violences et d'instabilités politiques et sociales en Argentine. Les clubs et les bals ferment les uns après les autres, les grands orchestres passent de 15 musiciens à 3 ou 4 et les grands noms continuent à jouer, tentant de modifier le répertoire pour l’adapter aux nouveaux goûts du public.


Les années 1990 voient renaître le tango de ses cendres grâce notamment à des tournées internationales telles que « Tango Argentino » créée à Paris en 1984, jouée à Brodway en 1985 et en 1986 à Buenos Aires; depuis, il a explosé et s’est démocratisé autant en Argentine qu’en Europe. Le groupe Gotan Project a aussi mondialement contribué à rénover le tango dans la jeune génération en introduisant la sonorité électro dans ses compositions.


C’est ainsi que la culture du tango, une des formes des plus authentiques de musique populaire et une des danses les plus créatives du siècle dernier, a survécu jusqu’à être accaparée aujourd’hui par toutes les nationalités et être inscrite le 30 septembre 2009, au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

Les trois grandes classes de Tango Argentin:


Nous pouvons distinguer trois grandes classes de danse dans les bals de tango: le tango, la valse (valse argentine) et la milonga. Dans ces danses on distingue plusieurs styles : milonguero, canyengue , de salon par exemple.


La milonga


Le tango


La valse

Les codes du bals:


La milonga ne désigne pas seulement un rythme particulier, mais aussi le lieu faisant référence aux soirées qui ont lieu régulièrement où l’on danse le tango. Une piste de préférence en parquet, entourée de tables.


Autrefois, le code vestimentaire était le port d’un costume pour les hommes, et de hauts talons et d’une jupe fendue pour les femmes. Les règles sont aujourd’hui plus souples même si les chaussures de tango restent en règle.



Le cabeceo désigne la manière traditionnelle, délicate et discrète, d’inviter un ou une partenaire à danser par le regard. Chacun guette discrètement le regard de celui ou celle avec qui il souhaite danser. Un regard détourné signifie un refus. Si les danseurs soutiennent mutuellement le regard, alors l'homme fait un léger signe de tête pour signifier l'invitation.

Quand un couple de danseurs arrive sur la piste de danse, le tanguero ouvre son bras gauche et offre sa main. La tanguera s’approche et choisit la position de l’étreinte, rapprochée ou éloignée. C’est donc à la femme de déterminer à quelle distance ils vont danser.


Dans une milonga, les couples dansent plusieurs tangos ensemble avant de changer de cavalière ou de prendre une pause. C’est ce que l’on appelle une tenda, elle est composée d’une série de trois/quatre morceaux à la suite. Chaque tenda sont séparées par un cours intermède musical, la cortina. Durant ce laps de temps les danseurs retournent s’asseoir et invitent un nouveau partenaire pour une autre tenda.


Les bienfaits du Tango Argentin:


Article: "Le Tango n'est pas un loisir"

''Le tango n'est pas un loisir, ce n'est pas non plus une activité hebdomadaire, non plus une danse qui se pratique lors de votre temps libre pour oublier les soucis de la vie quotidienne. 


Au contraire le tango vous oblige à plonger dans votre intimité la plus profonde et à rencontrer vos peurs et vos craintes, vous mettre face à votre vulnérabilité et l'accepter pour s'ouvrir à l'autre, celui dont vous ne connaissez même pas le prénom ou celui qui vous tient la mains depuis des années. 


Le tango c'est regarder vos faiblesses et vos tristesses droit dans les yeux et les partager avec l'autre moitié de votre abrazo sans dire un mot, cet abrazo unique, noble et chargé d'émotions, c'est le geste le plus humain. 


Serrer fort l'autre dans nos bras et se coller contre son corps comme si rien ne peut nous séparer comme si rien ne peut nous toucher comme si le temps s'arrêtait comme si la mort a été vaincue. 


Ce n'est pas une danse, c'est un mode de vie, une façon de voir les choses, une philosophie entière. 

C'est la victoire éternelle d'un tango éphémère.'' 

Pour plus d’information sur la Tango Argentin:


Prendre des cours:

315 vues

  Contact  

Instructeur: Terence
Tel: +230 5 496 2002

Mail: bailandolatinomauritius@gmail.com

  • Facebook Social Icon
  • Icône social Instagram
  • Google+ Social Icon
  • Icône sociale YouTube

© 2017 par le Club des danseurs.