La Bachata

Dernière mise à jour : 3 avr. 2021



La Bachata est à la République dominicaine ce que le jazz est aux États-Unis. Mais si elle est d’abord une musique, elle est aussi une danse et surtout un vecteur d‘émotions. Une façon, disent les Dominicains, d’exprimer leur joie, leur peine, leur souffrance. On peut le considérer comme un mélange de boléro avec d'autres influences musicales d'origine africaine et avec d'autres styles comme le son, le merengue, le cha-cha-cha et le tango.



Histoire:


La bachata, qui est une musique de guitare populaire de la République dominicaine, a pris forme sur une période d’au moins quarante ans commençant dans les années 60 dans les bars et les bordels de Santo Domingo, sans gagner l’acceptation dans son pays natal avant aux moins dis ans.


Très populaire, elle est alors associée aux pauvres, vulgaire, voire immorale et indécente. Elle s’enracine socialement en parlant concrètement de la misère des campagnes ou des quartiers défavorisés, de l’excès de boisson, des conflits... Le tout avec, comme fond de toile, un romantisme écorché pour décrire la détresse et les découragements rencontrés avec la femme aimée dans des contextes sociaux et économiques dégradés.


Comme le Tango en Argentine, la Bachata est l'expression de la mélancolie et de la nostalgie des émigrants, exprimant l'amour et le désamour d'une population qui quittent les villages pour se concentrer dans les zones urbaines de l'île. C'est pour cette raison que la Bachata sera qualifiée de "musique amère".


La musique a évolué et les textes eux aussi se sont modelés, le chanter l’amour à remplacer le chanter la peine. La bachata est devenue beaucoup plus romantique et du coup plus commerciale. Le groupe Aventura il y a quelques années et aujourd’hui Romeo Santos ou encore Prince Royce ont largement contribué à son succès au-delà des frontières de la République dominicaine. Leur bachata plus moderne accompagnée d’une musicalité nouvelle a par ricochet amené à une évolution de la danse. Avec une bachata qui varie d’un pays à l’autre.


Aujourd’hui, en République dominicaine, la bachata est encore stigmatisée et elle est toujours moins populaire que la danse nationale qui est le merengue. Il y encore beaucoup d’habitants ici qui n’aiment pas la bachata parce qu’elle était illégale en République dominicaine du fait de sa vulgarité et sensualité qui ne pouvait pas être dansée par la haute société. Mais elle occupe de plus en plus le terrain grâce à Romeo Santos et Juan Luis Guerra qui ont exporté la bachata dans le monde entier.



Les instruments


Bien que l'histoire de l'origine de la Bachata nous montre qu'elle ne provenait pas exactement d'une formule, nous pouvons dire que la base de son rythme est née de la fusion du Boléro et du son cubain. C'est pourquoi la Bachata «importe» de ces rythmes la cadence des cordes de guitare et le rythme marqué des percussions. Les quatre temps de la danse (3 pas plus le mouvement des hanches), plus lents que ceux de la Salsa oscillent entre la douceur des cordes et l'intensité du bongó ou des maracas, dans leurs origines.

Actuellement, les chanteurs de Bachata ont incorporé d'autres instruments tels que les guitares électriques, les synthétiseurs, le saxophone, les claviers, etc., et continueront d'expérimenter de nouveaux effets, car les genres musicaux sont des expressions artistiques en plein développement. Mais le Bachata classique comprend 5 instruments, qui sont généralement conservés dans les versions les plus modernes.